Du monde aux Balkans (part. 1)

May 7, 2018

 

18.04.2018 au 23.04.2018

 

Une envie de ralentir le rythme.

Nos premiers jours ont été relativement intenses. Les quelques routes barrées que nous avons rencontrées et l’envie de se lancer concrètement dans le voyage - symbolisé par le fait de mettre Lausanne loin derrière nous - en sont certainement les causes. Notre première résolution est donc de ralentir le rythme. Mais pour cela, il faudra attendre d’arriver à Split où nous avons une réservation. La veille, nous roulons plus de 350 km afin de trouver un camping où passer la nuit. La dernière partie, accumulant fatigue et rafales de vent à décorner les bœufs, aura été des plus sportives. Nous apprendrons par la suite que ce tronçon est régulièrement fermé à la circulation pour cause de vent violent... Le site en bord de mer où nous passons la nuit est paradisiaque. Belle récompense à notre persévérance pour trouver un endroit à notre goût.

 

 

 Notre première nuit en Croatie.

 

 

Split, une ville qui donne la banane.

Etant donné l’étape de la veille, nous pouvons rouler tranquillement jusqu’à Split. Le court itinéraire à parcourir, entre oliviers, routes côtières splendides et vieilles femmes qui vendent des asperges sauvages en bord de la chaussée est des plus agréables. La deuxième ville la plus peuplée du pays l’est tout autant. Après un accueil chaleureux de notre hôte, nous partons à la découverte des ruelles étriquées qui la construisent. Au programme : dégustation de poissons et de fruits de mer, balade en bord d’Adriatique et lessive (bien méritée après les premiers jours de camping). Nous vérifions également le cardan (la pièce responsable de la dernière panne) de Klyde, tout est en ordre. Champagne ! C’est l’esprit tranquille que nous pouvons aller admirer le coucher de soleil depuis le sommet de la colline Marjan.

 

Split, Croatie.

 

 

1 partout, balle au centre.

Il y a une chose que nous avons oublié de vous dire. Nos deux petites bécanes ont leur fierté, raison pour laquelle elles aiment trôner fièrement sur leurs deux roues. Elles sont également joueuses et ont leur petit concours de celle qui finira le moins de fois par terre. Alors autant dire que quand Bonnie s’est retrouvée sur le flanc en Slovénie lors de notre arrêt camping, Klyde faisait la belle. Ce n’est plus le cas depuis que cette dernière a subi le même sort alors que nous cherchions un petit bout de plage pour casser la croute. 1 partout, balle au centre.

 

 

Rencontre d'un soir.

Une fois Klyde relevée, la route nous fait entrer légèrement dans les terres. Nous traversons des paysages magnifiques composés de végétation verdoyante et de lacs cristallins. La géographie nous impose un passage rapide en Bosnie-Herzégovine avant d’entamer la péninsule de Pelješac. Réputée pour son vin – nous ne manquerons pas d’acheter une bouteille – c’est au milieu des vignes que nous nous rendons en direction de la ville d’Orebić, dans le but de planter notre tente. Le hasard des rencontres en décida autrement lorsque nous nous fîmes accoster par un allemand vivant sur l’île qui finira par être notre guide, restaurateur et hôte d’un soir. Un immense merci à lui pour son accueil et sa chaleurosité.

 

 

La perle de l’Adriatique.

La ville de Dubrovnik soulevait de nombreux questionnements. Réputée pour être magnifique, sa facette trop touristique (une limitation du nombre de touristes dans la vieille ville ayant même été évoquée) nous rendait hésitants. Après réflexion et discussions avec des locaux, nous avons finalement décidé de nous y rendre. Alors oui, même en basse saison les touristes sont omniprésents, oui, le prix du billet pour avoir accès aux remparts est exorbitant, mais que cette « perle de l’Adriatique » porte bien son surnom. Quel plaisir, une fois sortie de l’artère principale, d’arpenter le dédale de ruelles de la vieille ville privée de voitures. Nous en avons pris plein les yeux en parcourant les murs ceinturant la ville afin d’admirer, d’un côté, l’ancienne cité – illuminée par les derniers rayons rasants du soleil de fin de journée -  et, de l’autre, la mer Adriatique à perte de vue. Et si vous y sentez une ambiance de Game of Thrones, c’est normal, les scènes se déroulant à Port Réal (King’s Landing) y ont été tournées. Pour terminer, nous sommes allés au sommet du mont Srdj (nous vous laissons le soin de la prononciation !), également accessible par téléphérique mais tellement plus jouissif en empruntant les lacets abrupts y menant. Quel que soit le moyen de s'y rendre, la vue plongeante sur la ville vaut le détour. Pour la petite histoire, c’est à cet endroit que nous avons croisé un couple de Valaisans empruntant plus ou moins le même trajet que nous à bord d’un camion immanquable (leur site pour ceux que ça intéressent). Ce dernier bout de côte dalmate achève notre découverte de la Croatie en beauté. Ce pays sera notre premier coup de cœur, quant au deuxième, il sera des plus inattendus...

 

 Dubrovnik, Croatie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2017 – 2018 Bonnie & Klyde. All rights reserved.